penser-directement-en-espagnol
Défi,  Méthodologie : se motiver et étudier,  Voyager

Penser directement en espagnol : 3 astuces efficaces et concrètes pour arrêter de traduire mot à mot

Tu as déjà fait du mot à mot pour passer du français à l’espagnol ? Je suis prête à parier que oui ! Qu’est-ce qui me fait être si sûre de moi ? Ça fait partie du déroulement normal, et tout le monde passe par là. Quand on débute dans l’apprentissage de l’espagnol (ou de n’importe quelle autre langue, d’ailleurs) on pratique forcément du mot à mot.

Un processus long et fastidieux.

En clair, pour effectuer la moindre interaction, tu suis un mécanisme long et fastidieux qui peut se résumer par les étapes suivantes :

  1. Tu lis ou écoutes quelque chose en espagnol
  2. Tu le traduis en français
  3. Tu réfléchis et analyses cette traduction
  4. Tu prépares ta réponse en français
  5. Tu la traduis mot à mot en espagnol dans ta tête
  6. Tu communiques ta réponse à l’écrit ou à l’oral

Pfff… Rien que de lire tout ça, je suis sûre que tu es déjà fatigué.

En image, ça ressemble à ça quand tu traduis mot à mot :

traduire-mot-a-mot-en espagnol
Processus de traduction mot à mot: long, fastidieux et très énergivore.

Imagine répéter ce processus chaque fois que tu veux interagir en espagnol, ce n’est pas très gratifiant. C’est même épuisant ! C’est un parcours très long et vraiment fastidieux. De quoi faire baisser les bras, y compris aux plus motivés !

Alors que tu pourrais considérablement simplifier le processus en analysant l’information directement en espagnol. regarde, ça ressemble à ça:

penser-directement-en-espagnol
Simplifier le processus: penser directement en espagnol

Une méthode complètement inefficace

En tant qu’enseignante, que ce soit à l’écrit ou à l’oral, je me retrouve très souvent face à des productions dans lesquelles il est évident que l’étudiant a traduit mot à mot. Ils ont simplement construit sa réponse en français avant de traduire chacun des termes qui constituent sa phrase en espagnol. Le problème, c’est qu’avec cette méthode, on obtient un texte qui, en espagnol, n’a pas de sens ou est grammaticalement incorrect. Parfois, on dit totalement autre chose que ce que l’on pense dire. Ou alors, on se retrouve avec des phrases sans queue ni tête, ou un ordre des mots totalement ubuesque.

Bref, soyons clairs, cela ne fonctionne pas !

C’est pour cela qu’il est vraiment intéressant d’éliminer toutes les étapes intermédiaires qui mobilisent le français. Si tu arrives à penser directement en espagnol, sans traduire mot à mot, tu vas économiser énormément de temps et d’énergie. Et surtout, tu vas te rapprocher du parler des natifs, au lieu de produire une juxtaposition de mots difficilement intelligibles.

Oui, mais voilà, ce n’est pas si facile !

Je suis sûre qu’on t’a déjà dit mille fois de penser directement en espagnol. Tu sais aussi, sûrement, qu’il faudrait t’approprier la structure syntaxique de l’espagnol, et les locutions idiomatiques. Cela t’aiderait à produire des textes naturels dans lesquels on ne ressent pas l’influence du français.

Tu sais déjà tout ça ! Ce qu’on ne t’a peut-être jamais expliqué, c’est : « comment faire ? »

Comment arrêter de penser en français ?

Eh bien, dans cet article, je vais te donner 5 conseils concrets pour t’aider à penser directement en espagnol, sans passer par une traduction mot à mot du français.

Un examen de tous les documents publiés sur le sujet montre que les actions suivantes sont toujours recommandées :

comment-penser-directement-en-espagnol

Astuce n° 1 : enrichir ton vocabulaire

C’est le premier pas pour pouvoir produire du contenu de bon niveau en espagnol. Pour cela, tu n’es pas du tout obligé de passer par les longues et rebutantes listes de vocabulaires.

Tu trouveras en cliquant ici des outils efficaces pour un apprentissage plus fun du lexique. Il existe aussi plein d’autres astuces ludiques pour progresser sur ce point. Par exemple, tu peux déployer des Post-its pour marquer tous les objets que chez toi ou sur ton lieu de travail. Ainsi, tu connaitras le vocabulaire vraiment utile de ton quotidien (et pas celui qui t’est enseigné dans les livres). Tu seras alors capable de créer des phrases pertinentes et efficaces pour parler de ce qui t’entoure. Et cela m’amène directement à mon conseil numéro 2.

Astuce n° 2 : Profite de tes expériences quotidiennes pour produire du contenu

Le plus dur lorsqu’on apprend l’espagnol, c’est souvent de retrouver et de produire du contenu adapté à soi, sa propre expérience et son propre vécu.

 Partant de constat, je te conseille de d’ores et déjà t’habituer à penser en espagnol sur toutes les situations du quotidien. Utilise ta propre expérience et produis des écrits ou des oraux (tu peux par exemple t’enregistrer) sur tes habitudes du quotidien. Par exemple, tu peux essayer de décrire en espagnol les gens que tu croises dans la rue, présenter les endroits où tu passes, parler de ce que tu fais et de ce que tu vas faire, dépeindre tes sensations, sentiments, tes pensées…

Tu peux aussi élaborer des récits d’anecdotes passées, ou évoquer tes projets personnels. Cela permettra de manipuler différents temps verbaux et de rendre la conjugaison plus intuitive et automatique. Commence par les décrire sommairement. Tu pourras ensuite les compléter, en y ajoutant des détails, des précisions, qui enrichiront ton vocabulaire et te feront progresser en grammaire et conjugaison.

À force de parfaire tes anecdotes, ou de décrire des lieux, des personnes, le vocabulaire te viendra directement en espagnol. Tu n’auras plus besoin de passer par le français. Consacre un peu de temps chaque jour ou chaque semaine à ce genre d’exercices, et tu verras que tu vas avancer très rapidement et t’habituer à penser directement en espagnol.

penser-directement-en-espagnol-converser

Astuce n° 3 : le conseil ultime pour penser directement en espagnol – pratique ta conversation (même sans interlocuteur).

Je t’ai déjà dit plusieurs fois que c’est en pratiquant et en conversant que l’on progresse le plus. Contrairement à l’écrit, où l’on a le temps de réfléchir, d’organiser les idées, de chercher le vocabulaire, l’oral oblige à une spontanéité, et à trouver des ressources rapidement. Cet exercice oblige à laisser son perfectionnisme de côté.

Dans cet article, je te donne des conseils pour impliquer ton entourage et trouver des interlocuteurs pour parler en espagnol.

Toutefois, ce n’est pas toujours évident. Tu as peut-être peur de te lancer, par timidité, ou simplement parce que tu n’as pas envie de dévoiler ta vie. Ou encore parce que les anecdotes que tu peux raconter ne te semblent pas très intéressantes.

Comment pratiquer la conversation dans ces cas ? Eh bien, c’est très simple. En simulant des discussions sans en avoir réellement.

Comme expliqué précédemment, tu peux partir d’une interaction vécue (en français) dans ton quotidien, par exemple au travail, au supermarché… et de refaire cette conversation en espagnol.

Ou alors, tu peux faire un jeu de rôle avec toi-même. À partir d’une question entendue à la radio, ou d’un sujet abordé dans les médias, entraine-toi à l’oral à répondre à une question, ou défendre un point de vue, une préférence, opposer deux options, justifier une décision, etc.

Essayer de produire instantanément à haute voix, éventuellement en t’enregistrant. Ce sera un peu difficile au départ, mais tu vas vite voir que les connecteurs logiques, les structures toutes faites te viendront progressivement à l’esprit directement en espagnol, sans traduire mot à mot le français.

Alors, quelle est ton astuce préférée pour penser directement en espagnol ?

As-tu déjà essayé de mettre en place l’un de ces conseils ? Qu’en as-tu pensé ? Si tu as d’autres astuces pour penser directement en espagnol, sans traduire mot à mot, n’hésite pas à les partager en commentaires, ou sur la page Facebook du Blog, ou sur Instagram.

Si cet article t’a plu et que tu penses qu’il peut être utile à quelqu’un, n’hésite pas à le liker 👍, et à le partager sans modération ! 🙏 😘

On se retrouve très prochainement à la découverte d’autres contenus pour progresser en espagnol depuis chez toi. En attendant, n’oublie pas de passer à l’action et de pratiquer !

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager :)

Professeur agrégée d'espagnol, je partage ici des ressources utiles, pratiques et ludiques pour apprendre l’espagnol, améliorer votre niveau, et découvrir les cultures et curiosités hispanophones. !

13 commentaires

  • Bastienne

    C’est une bonne idée de parler de cela, car en effet, les textes traduits littéralement, ça ne passe pas! Donc ce genre d’astuces est bien utile.
    Ce qui m’a aidé, c’est clairement la liste de vocabulaire ! puis d’être immergée dans le pays. Je pense que régulièrement, je faisais l’étape 3 dont tu parles, je me parlais à moi-même (à voix haute ou basse) comme si je parlais à qq’un !

  • Judith Parsis

    Super tous ces conseils ! Et top tes illustrations, j’aime beaucoup 👏
    En première année de licence d’espagnol j’avais fait la méthode des post-it sur plein d’objets de ma maison ça marchait bien, ahah ! Écouter des gens parler espagnol est ce qui m’a quand même le plus aidé je pense 🙂

  • Mélanie

    Super astuces, comme toujours ! Ma favorite est la n°3 : pratiquer la conversation, les refaire dans sa tête. C’est une super idée, et ça doit être vraiment efficace pour prendre le réflexe de penser en espagnol (ou dans une autre langue d’ailleurs !).

  • Virgo

    Complètement d’accord avec toi ! Pour passer à l’étape supérieure dans la pratique d’une langue, quelle qu’elle soit, il faut réussir à s’affranchir de la traduction mot à mot et commencer à penser dans cette langue. Comme tu le soulignes, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais je pense qu’avec les conseils que tu donnes, ça ne peut que marcher ! Merci pour tout !

  • Nicolas

    Merci et encore merci pour ce nouvel article et ces conseils super pratiques.
    Personnellement j’aime bien baigné pendant un certain laps de temps à écouter de l’espagnol (internet est génial pour cela). Une fois habitué à écouter parler je ne suis plus impressionné et les mots me viennent spontanément (ou presque). Cela remplace en quelque sorte l’immersion quand on ne peut quitter la France. Merci encore Miren !

  • Oxana

    Merci beaucoup, Miren pour ces astuces !
    C’est vrai quand on commence à penser sur une langue étrangère, la communication devient immédiatement plus fluide et compréhensible.
    Quand j’apprenais l’anglais, j’ai regardé beaucoup de films et j’ai remarqué que cette méthode m’a aidé plus facilement à m’immerger dans cette langue, donc réfléchir ensuite en anglais presque automatiquement.
    Je pense qu’on peut utiliser cette méthode egalement pour l’espagnol et d’autres langues.

  • Yohan (Prof) Chopin

    Merci pour cet article très intéressant. Ce sont toutes d’excellentes astuces qui fonctionnent.
    Vivant en Colombie depuis 11 ans, je parle, pense et même rêve en espagnol depuis plusieurs années. Mais cela ne se fait pas automatiquement, il faut forcer son cerveau à le faire avant que cela ne devienne automatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.